Ebooks Gratuits

Le plus grand univers d'ebooks au format PDF et EPUB

Trouver votre ebook...

Nous avons trouvé un total de 40 livres disponibles en téléchargement
L'affect dans l'œuvre beckettienne

L'affect dans l'œuvre beckettienne

Auteure: Matthijs Engelberts , Sjef Houppermans

Nombre de pages: 248

Land without bread is Buñuel's only documentary film. It portrays the everyday lives of indigent peasants in one of Spain's most desolate regions, filmed in 1932.

Artaud en revues

Artaud en revues

Auteure: Olivier Penot-lacassagne

Nombre de pages: 212

Montre quels sont les rapports d'Antonin Artaud avec les revues, depuis "ilboquet " qu'il créa et signa sous le pseudonyme d'Eno Dailor jusqu'à des citations dans la presse littéraire actuelle (" Monde littéraire "...) en passant par les revues qui l'ont publié de son vivant (" Cahiers du Sud ", "Troisième convoi "...) ou après sa mort ("La tour de feu", "Tel quel "...).

Le Réel de traviole

Le Réel de traviole

Auteure: Nathalie Barberger

Nombre de pages: 244

« Je voudrais faire un Livre qui dérange les hommes, qui serait comme une porte ouverte [...] une porte simplement abouchée avec la réalité » : la déclaration intempestive d'Artaud dans L'Ombilic des limbes formule l'appel à un plus de réel. A partir de la revue Documents, ce livre tente d'approcher la notion de réel informe, métaphorique, ou de traviole, explore ce souci d'élargissement du réel, qui n'a plus rien à voir avec l'ancienne convention réaliste.

De mémoire et d'oubli

De mémoire et d'oubli

Auteure: Pierre Piret

Nombre de pages: 328

« Il fallait un jour entier pour entrer dans l'actualité des faits [...]. Il fallait un deuxième jour pour oublier, me sortir de l'obscurité de ces faits [...]. Un troisième jour pour effacer ce qui avait été écrit, écrire. » Durant plus d'un demi-siècle, Marguerite Duras a entrelacé sa vie et son oeuvre à l'Histoire, empruntant des voies qui rendaient poreux le réel et la fiction. Ce mouvement complexe ne peut se détacher, comme l'écrivain le précise elle-même, de l'articulation entre la mémoire et l'oubli. Les textes rassemblés ici partagent l'objectif de faire toute la lumière sur ces problématiques qui constituent l'un des piliers de l'oeuvre durassienne, des Impudents à C'est tout. Le présent ouvrage est issu du colloque international « Marguerite Duras : desseins de mémoire et d'oubli » qui s'est tenu à l'Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve, Belgique) du 2 au 4 mars 2006, à l'occasion du dixième anniversaire de la mort de l'écrivain.

La Cartographie poétique

La Cartographie poétique

Auteure: Thomas Vercruysse

Nombre de pages: 963

Sous le nom de « cartographie poétique », ce livre entend décrire une conception de la création commune à des écrivains, essayistes et poètes, comme à des peintres, des philosophes et des scientifiques. Cette création échappe à l’intelligence de type déductiviste, à la pensée du programme, pour s’affirmer comme imprévisibilité et puissance inductrice susceptible de s’épanouir dans des rythmes, des tracés ou des enchaînements conceptuels. C’est donc aussi à une critique de la pensée analytique que cet essai se livre, afin d’en cerner les impasses et les empêchements et de promouvoir une dialectique ouverte qui est contact du sujet créateur avec un monde qui le colore, dans le mouvement même où celui-là le cartographie. La dite cartographie, s’employant à cerner les ressources de l’esprit en acte, en vient à ne pas se limiter à une topographie mentale, forcément réductrice, pour embrasser, à l’instar de Valéry, la triade du « Corps-Esprit-Monde » et en traduire les intersections. La figure de ce sujet cartographe est idéalement la danseuse, incarnation d’une subjectivité rénovée par l’extase.

L’Imaginaire mélancolique de Samuel Beckett, de Murphy à Comment c’est

L’Imaginaire mélancolique de Samuel Beckett, de Murphy à Comment c’est

Auteure: Yann Mével

Nombre de pages: 433

La mélancolie porte en elle l’héritage d’une très longue histoire, qui aura traversé de multiples champs de la culture : médecine de l’âme et du corps, arts et littérature, philosophie, religion... L’imaginaire de Samuel Beckett, son esthétique aussi, n’ont eu de cesse de se confronter à toutes ces facettes de la mélancolie, de se jouer d’elles, de les réinventer. Comment, pour le génie mélancolique, mieux cerner le mal qu’en l’abordant de manière détournée, par le biais de ceux qui avant lui le rencontrèrent ou tentèrent de percer son obscurité – tels Démocrite, Dürer, Robert Burton ? A travers ces miroirs, et bien d’autres encore, la mélancolie beckettienne se réfléchit, met en scène son théâtre intérieur, cherche à s’arracher à une emprise mortifère, tente d’apercevoir son image propre – scrute la terre sans perdre de vue l’horizon.

Maurice Blanchot et la philosophie

Maurice Blanchot et la philosophie

Auteure: Collectif

Nombre de pages: 437

Dans Le Pas au-delà, Maurice Blanchot fait le constat suivant : « Derrière le discours parle le refus de discourir, comme derrière la philosophie parlerait le refus de philosopher : parole non parlante, violente, se dérobant, ne disant rien et tout à coup criant. » Cette résistance de Blanchot à l’égard de la philosophie montre les limites de la qualification d’une œuvre, qu’elle soit philosophique, littéraire ou poétique. L’écriture philosophique est-elle plus ou moins philosophique dans le fragment d’Héraclite, le système d’Hegel ou l’aphorisme de Nietzsche ? De tout cela, Blanchot semble se moquer. Et qu’importe de savoir si Blanchot est philosophe. Notre intention dans cet ouvrage est ailleurs. Elle est dans le souhait d’interroger le « et », chacun avec ses lectures et ses convictions. Ce « et » dans Blanchot et la philosophie, faut-il l’envisager comme une addition, une disjonction, une impossibilité, un ou bien ou bien, un ni ni, une localisation... ? Où est Blanchot en fin de compte ?

Matière et lumière dans le théâtre de Samuel Beckett

Matière et lumière dans le théâtre de Samuel Beckett

Auteure: Arnaud Beaujeu

Nombre de pages: 388

Toujours en cheminement (« [...] comme frères mineurs vont leur chemin faisant » ) vers un insaisissable point, « éternel tiers » ou « ici-loin », Beckett ne cesse de nous prévenir, comme Pascal en son temps, de deux erreurs fatales : « 1° prendre tout littéralement. 2 prendre tout spirituellement. » En acceptant l’inconnaissable, au carrefour de trois voies (la matière, le langage, la lumière), l’auteur a su convertir l’esprit trivial irlandais – cette lande ironique, quoique parfois mystique - en chair spirituelle, en langue (a-)visuelle. Le langage beckettien – pas forcément textuel, lorsqu’il est théâtral, radiophonique, télévisuel... - œuvre à la « transsubstantiation » de la matière en lumière, relie le concret à l’abstrait, bien que la lumière puisse encore être de l’ordre du phénomène, en tant que vestige d’un big-bang esthétique inédit. Pour Beckett, face à la mise en doute de « l’être-là » comme de « l’au-delà », j’ai préféré employer la notion d’« autre-là ». Car « [...] il n’y a rien ailleurs », tout est dans « l’autre-là » d’un passage luminescent, d’une trace, un mirage, ou d’une...

Représenter à l’époque contemporaine

Représenter à l’époque contemporaine

Auteure: Isabelle Ost

Nombre de pages: 360

La notion de représentation demeure plus que jamais sujette à caution : imprécise, elle manque de tranchant conceptuel ; idéologiquement marquée, elle charrie une anthropologie implicite que l'ère du soupçon n'a pas manqué de dénoncer. Dans le même temps, elle est constamment utilisée, dans des acceptions d'ailleurs très diverses, et cela y compris dans des domaines spécialisés comme les études littéraires, artistiques et philosophiques. Les recherches dans ces domaines sont ainsi grevées par un même impensé ou, à tout le moins, par un même flou conceptuel, auquel voudrait pallier le présent ouvrage, en proposant un repérage de ce que signifie encore - pour autant que ce soit le cas - l'acte de représenter à l'époque contemporaine. Une telle notion demeure-telle opératoire ? Dans chacun des articles s'entrecroisent ainsi une série de questions majeures pour notre temps : l'articulation entre subjectivité et représentation, les logiques du signe et systèmes de visibilité concurrents, la valeur performative et instituante de l'énonciation comme réponse à l'emprise de la représentation, les formes contemporaines de la présence, la valeur...

L'esthétique de la trace chez Samuel Beckett

L'esthétique de la trace chez Samuel Beckett

Auteure: Delphine Lemonnier-texier

Nombre de pages: 242

Le texte beckettien est en tension perpétuelle entre ce qu'il nie (la possibilité de faire trace, de signifier, d'être un lieu de mémoire) et ce qu'il manifeste (l'absolue vitalité de la langue, la conscience de l'écriture comme inscription, la constitution du texte comme trace et comme image, qu'il s'agisse de l'espace de la page ou de celui du plateau). De la mise en scène du processus mémoriel dans les textes (narratifs ou dramatiques) à la mise en archive du processus de création dans le fonds Beckett, le présent volume se propose d'explorer la manière dont l'écriture beckettienne est travaillée par ces paradoxes de la trace, de la mémoire et de l'oubli, par des processus simultanés de déshistoricisation et d'historicisation, d'effacement de l'événement et d'inscription de l'acte de parole ou de l'acte de création.

Présence de Samuel Beckett

Présence de Samuel Beckett

Auteure: Sjef Houppermans

Nombre de pages: 533

Du premier au onze août 2005 a eu lieu au Centre International de Cerisy en Normandie le Colloque Présence de Samuel Beckettdont vous trouverez ici le reflet. Depuis la mort de Samuel Beckett l'intérêt que suscite son oeuvre n'a cessé de croître, non seulement pour ce qui concerne les recherches littéraires, mais également dans les domaines du théâtre, du cinéma, de la musique et des études d'esthétique et de philosophie. Plusieurs grandes manifestations ont réuni ces quinze dernières années les spécialistes ainsi que les amateurs de son oeuvre dans des villes telles que La Haye, Berlin, Sydney, Dublin et, en France, à Strasbourg et à Rennes. A côté des études anglophones, la critique française a suivi sa propre voie en se renouvelant suivant les méthodes et les contextes idéologiques. Le Colloque Présence de Samuel Becketts'est proposé, à la veille du centenaire de la naissance de l'auteur, de faire le point sur l'importance de l'oeuvre de Beckett aujourd'hui en tenant compte de l'apport de la recherche internationale. Une bonne trentaine de conférences, répartie sur la décade traditionnelle de Cerisy que mérite bien un auteur de l'envergure de...

Proust et le théâtre

Proust et le théâtre

Auteure: Romana Goedendorp , Sjef Houppermans , Nell De Hullu-van Doeselaar , Manet Van Montfrans

Nombre de pages: 292
L'Erudition imaginaire

L'Erudition imaginaire

Auteure: Nathalie Piégay-gros

Nombre de pages: 208

Le discrédit qui pèse sur l’érudition depuis les Lumières et la sentence rendue à son encontre par la théorie et la critique littéraires au XIXe siècle n’ont pas occasionné, tant s’en faut, l’éreintement de la notion. Détournée de ses fins de connaissance, dégagée de l’établissement d’un savoir fiable, l’érudition s’en fut hanter la conscience des écrivains, Flaubert en tête. Michel Foucault aura été l’un des premiers à noter l’empire qui s’ensuivit de la fiction sur le savoir et la mémoire. Ainsi promue affaire d’imagination, l’érudition s’implante dans le roman, qui représente des démarches savantes, des enquêtes critiques : Aragon, Borges, Nabokov, Queneau, Simon, Pinget, Perec, Roubaud, Quignard, Yourcenar s’en emparent. L’érudit que donnent à voir leurs récits est moins qu’un savant qu’un fou ayant le goût de l’archive, un excentrique esseulé dans une bibliothèque ou formidable ou fabuleuse, un mélancolique égaré dans un monde qu’écrase une mémoire impuissante. De ce fond aride, l’érudition imaginaire tire, elle, une étonnante fécondité : elle invente des dispositifs insolites, elle débauche...

Altérations, créations dans la langue

Altérations, créations dans la langue

Auteure: Anne Tomiche , Université De Clermont-ferrand Ii. Centre De Recherches Sur Les Littératures Modernes Et Contemporaines

Nombre de pages: 388
L'élaboration du mythe de soi dans l'oeuvre de Samuel Beckett

L'élaboration du mythe de soi dans l'oeuvre de Samuel Beckett

Auteure: Solveig Hudhomme

Nombre de pages: 347

Dans L'Elaboration du mythe de soi, Solveig Hudhomme démontre comment les oeuvres de Samuel Beckett construisent leur propre intériorité, lieu d'images et de mythes créateurs. In L'Elaboration du mythe de soi Solveig Hudhomme highlights how Samuel Beckett's works build their own inner space, their own image and mythology.

Des Éléments Aux Traces

Des Éléments Aux Traces

Auteure: Matthijs Engelberts , Danièle De Ruyter , Karine Germoni , Helen Penet-astbury

Nombre de pages: 408

Table des matières/Table of Contents Avant-propos/Introduction Les quatre éléments/The Four Elements Angela MOORJANI : Le complexe de prométhée ou sous le signe du feu: Tyrannie et volonté de savoir chez Beckett Mark NIXON : ¿Infernal Streams¿ ¿ Beckett¿s Rivers Yannick HOFFERT : Aspects de l¿eau dans le théâtre de Beckett Chiara MONTINI : Sinking in the Mud: From an Abandoned Work et le difficile retour à l¿anglais Mireille BOUSQUET : La boue dans comment c¿est: ¿Petits paquets grammaire d¿oiseau¿ Michel BERTRAND : L¿être de boue ne saurait être un être debout: L¿eau et la terre dans Molloy de Samuel Beckett Isabelle OST : ¿Et rêve d¿un espace sans ici ni ailleurs¿: Parcours en terre beckettienne Sjef HOUPPERMANS : Père de pierre Stéphane INKEL : figure de mère et image de pierre: Le temps des cimetières dans Mal vu mal dit et Worstward Ho Thomas HUNKELER : ¿Quelque chose d¿arborescent ou de céleste¿: Poésie et poétique selon le jeune Beckett Yann MEVEL : Beckett et le devenir du paysage Marie-Claude HUBERT : La mise en scène des éléments Aphrodite SIVETIDOU : L¿expression terrestre de la ¿réalite humaine¿ chez Beckett Jana María...

Écritures sans frontières

Écritures sans frontières

Auteure: Karim Bougrine

Nombre de pages: 114

Écrire ou parler de la folie appartient aussi bien à l’historien qu’au médecin, au philosophe, au psychologue, au psychanalyste, au sociologue. Chacun « ne voyant midi qu’à sa porte ». Il y a plusieurs définitions de la folie, et par là plusieurs lectures. Pour façonner l’intrigue principale de leurs œuvres, certains auteurs francophones déploient la folie comme élément de stratégie littéraire. L’acte d’écriture incube la déraison pour traduire le malaise humain, le texte favorise l’installation de la folie en l’accueillant au travers de ses structures, il assure parfaitement sa libre circulation pour mieux dire un monde voué à l’échec. Ce qui la rend énigmatique, c’est qu’elle affecte l’humanité dans ce qu’elle a de plus spécifique : la capacité de réflexion, la capacité de se situer soi-même, de définir sa propre identité, de se comporter en sujet responsable de ses pensées et de ses actes. Aussi la folie se déclare-t-elle positive et heureuse, donnant raison au grand philosophe Aristote, qui disait : « Il n’y a pas de génie sans un grain de folie ».

Passions du corps dans les dramaturgies contemporaines

Passions du corps dans les dramaturgies contemporaines

Auteure: Alexandra Poulain

Nombre de pages: 236

Les dramaturgies contemporaines se passionnent pour le corps, les corps. Jadis instrument de l'action dramatique, le corps reprend à présent ses droits sur scène ; se donne alors à voir la physis d’un corps vulnérable, désirant, traversé d’intensités, toujours déjà travaillé par l’échéance de sa propre mort. Les « passions du corps », au sens étymologique de « souffrances », désignent ainsi tout ce qui porte atteinte à l’intégrité du corps, tous les flux, forces ou émotions qui l’écartent de lui-même, l’arrachent à la fiction de l’identité entendue comme pure intériorité. Enfin, le terme « passions » fait évidemment référence au paradigme christique, et à la Passion comme forme théâtrale d’origine médiévale. Les dramaturgies contemporaines s’intéressent plus particulièrement au moment iconique de la Passion, celui de l’agonie du Christ en croix. Là où le théâtre de tradition aristotélicienne tend à occulter le corps en l’instrumentalisant comme support du logos, le théâtre de la Passion est tout entier tourné vers la monstration du corps agonisant. A la suite d’Artaud, les dramaturgies contemporaines font...

Seul, comme on ne peut pas le dire

Seul, comme on ne peut pas le dire

Auteure: Arnaud Maisetti

Nombre de pages: 134

Koltès est mort en avril 1989. Vingt ans plus tard, le bousculement qu’il inaugure agit non seulement sur l’univers du théâtre, mais l’ensemble du territoire romanesque. Bousculement de la représentation, bousculement de contenus et de formes : toute une pièce dans un échange de regards, et la haute phrase des villes confiée à la nuit et à ceux qui la hantent. Et le travail d’Arnaud Maisetti, entre fiction et théorie, entre livre et web, croise intimement cette recherche d’une prose lyrique, en prise avec la ville et sa nuit, hantée des voix qui en marquent la quête. Son site ArnaudMaisetti.net témoigne de ces pans différents de recherche, et comment ils se complètent. Seul comme on ne peut pas le dire est la première monographie exclusivement consacrée à l’oeuvre de naissance de Bernard-Marie Koltès, le célèbre soliloque La Nuit juste avant les forêts. Ce livre en présente les différentes strates et composantes du bref mais fulgurant texte de Koltès. Il le resitue dans sa genèse, dans ses enjeux de théâtre, en examine l’architecture et le fonctionnement narratif (dernier chapitre sur la notion de fugue...). Et, surtout, Arnaud Maïsetti...

De l'informe, du difforme, du conforme au théâtre

De l'informe, du difforme, du conforme au théâtre

Auteure: Yannick Butel

Nombre de pages: 166

En 2005, dans le tumulte du festival d'Avignon, croisant des créations malmenées par la presse et une partie des spectateurs, l'informe, le difforme et le conforme s'imposaient comme des ouvertures propres à répondre aux interrogations comme aux jugements des détracteurs du festival et de ses artistes (notamment Anatoli Vassiliev, Jan Fabre et Pascal Rambert, entre autres). S'il faut avouer, comme l'écrivit Jean-François Lyotard, que devant l'étrangeté de ces productions nous étions face à des « intrigues plastiques moins monnayables, racontables, signifiables », le rejet, la condamnation, le procès étaient-ils de mise ? L'idée de parler de ces réactions vives, d'y consacrer un colloque et un temps de réflexion, s'est alors imposée. L'intention de revenir sur une pratique théâtrale qui rompt avec l'horizon d'attente du spectateur d'un « art bonasse » (comme l'écrit Alain Badiou) devait nous conduire à ce recueil de commentaires. Les chercheurs qui ont contribué à ce nouvel essai tentent d'analyser, de livrer des clés, de donner à réfléchir sur la réception de formes poétiques et esthétiques qui hantent la scène.

L’éthique beckettienne et sa réalisation dans la forme

L’éthique beckettienne et sa réalisation dans la forme

Auteure: Caroline Mannweiler

Nombre de pages: 260

Tout en étant influencée par la théorie esthétique d’Adorno ainsi que par la pensée deleuzienne, L’éthique beckettienne et sa réalisation dans la forme ne cherche pas à formuler son sujet à travers un système philosophique. L’étude se propose bien plus de le développer à partir et à travers les œuvres de Beckett. Plus précisément, elle retrace l’éthique beckettienne au fil d’une analyse portant sur le contenu des œuvres, sur les réflexions poétologiques de Beckett ainsi que sur les évolutions formelles de l’œuvre, évolutions qui ne sont pas seulement décelées dans les œuvres tardives et leurs innovations médiatiques mais dans l’ensemble de la prose et du théâtre de Beckett. Un chapitre sur les préférences de Beckett concernant la peinture illustre les liens entre esthétique et éthique dans l’univers beckettien. Des chapitres sur Sartre, Camus et Ionesco axés autour des sujets de la liberté et de la solitude humaine précisent l’originalité de l’éthique beckettienne, éthique ni moderne, ni postmoderne, mais tout à fait pertinente.

Antonin Artaud, un insurgé du corps

Antonin Artaud, un insurgé du corps

Auteure: Evelyne Grossman

Nombre de pages: 170

Né en 1896 à Marseille, A. Artaud débute au théâtre, puis au cinéma. En proie à des délires, il est interné en hôpital psychiatrique durant neuf ans. Par ses dessins et écrits, il lutte contre la rupture qu'il voit entre les choses et les signes. L'auteure retrace ici la trajectoire de ces écrits depuis les premiers poèmes jusqu'aux cahiers d'écolier des dernières années à Rodez puis à Ivry.

Aux frontières du vide

Aux frontières du vide

Auteure: Ciaran Ross

Nombre de pages: 307

Si on pouvait rêver du vide, le rêve beckettien serait celui d’un monde sans mémoire, ni désir, un monde sans autrui – un monde évacué, sans littérature, ni mots, ni pensée. Sans lecteur. Un texte sans lecteur ou une scène sans acteurs. L’œuvre beckettienne : une œuvre négative ? Dans cet essai original d’inspiration psychanalytique, Ciaran Ross défend l’idée qu’il est temps de réapprendre à lire la négativité de Beckett . S’inscrivant dans une tradition psychanalytique de la relation d’objet qui va de Klein à Anzieu en passant par Winnicott et Bion, l’ancien analyste de Beckett, l’auteur propose une nouvelle lecture de la première trilogie et d’En attendant Godot, axée sur l’exploration et la quête du vide et de la négativité, avec ses “objets intermédiaires”, tels le “jeu” et la “pensée”. Soucieux de nuancer et d’équilibrer l’équation entre théorie et texte, symptôme et écriture, l’auteur montre que c’est Beckett qui nous invite à interroger, par le jeu et la pensée, son imagination et son écriture, si riches en matière négative. L’auteur fait pour la première fois le lien entre les concepts...

Samuel Beckett : trivial et spirituel

Samuel Beckett : trivial et spirituel

Auteure: Arnaud Beaujeu

Nombre de pages: 194

Quoi dire, mal dire, ouïr, mal entendre, en-deçà du langage, à l’écoute d’un manque, mèr(e) morte ou « souffle-esprit » ? Dans et hors de la langue, triviale ou spirituelle, aimée ou haïe, anglaise ou française, exil ou patrie... Le travail de Beckett, dans ses pièces théâtrales, télévisuelles et radiophoniques, est le travail d’un poète sur la matière des mots, dénudés de leurs sens par trop utilisés, travail musical et rythmique, d’une exigence qui dépasse la frontière des langues dans leur labilité. Le théâtre beckettien donne à écouter une présence (peut-être celle du « mot perdu »), la présence d’une absence qui n’en finirait plus... Ainsi le néologisme de « spirivial » – qui provient (tout comme son dérivé, la « spirivialité ») de la jonction (ou bien encore du va-et-vient) entre le mot « trivial » et le mot « spirituel » – permet-il de désigner le passage ou bien encore l’anamorphose au cœur du processus de destruction-reconstruction, propre au langage beckettien. Il peut s’agir, par extension, du « lieu-non-lieu » de la Question ou du mystère qui palpite au centre d’un mouvement paradoxal-spiroïdal,...

Écologies de l’attention et archéologie des media

Écologies de l’attention et archéologie des media

Auteure: Collectif

Nombre de pages: 406

L’attention que nous sommes conduits à porter aux divers objets constituant notre monde conditionne la façon dont nous nous comportons envers eux. Si les problèmes d’économie de l’attention sont aujourd’hui à la mode, il reste à comprendre l’immense diversité des multiples écologies attentionnelles développées par les sociétés humaines, celles que nous héritons du passé, celles qui coexistent dans notre présent et celles qui s’esquissent pour l’avenir. Or un nouveau champ de recherche émerge depuis une vingtaine d’années sous le titre d’« archéologie des media » : son ambition est d’apporter une lumière nouvelle sur les transformations les plus récentes (entraînées par la numérisation) de nos formes de médialités et de nos régimes attentionnels, en les éclairant par ce que nous apprennent des couches oubliées des pratiques matérielles, des appareillages et des imaginaires médiatiques du passé plus ou moins lointain. Par les va-et-vient déroutants qu’elle propose entre un passé enfoui et un futur émergent, ainsi qu’à travers l’interaction constante qu’elle opère entre la recherche savante et l’expérimentation...

Théâtre et réception

Théâtre et réception

Auteure: Catherine Bouko

Nombre de pages: 264

Le modèle postdramatique de Hans-Thies Lehmann suscite de nombreuses réactions, positives et négatives, parmi les spécialistes du théâtre. Pour la première fois, l'ouvrage propose une étude approfondie de la question postdramatique. S'appuyant sur une quarantaine d'exemples de théâtre contemporain, l'auteure examine la théorie postdramatique et fournit une analyse critique des codes propres à ces pratiques artistiques.Les formes postdramatiques, situées au croisement du théâtre, de la danse, de la performance, des nouvelles technologies et des arts plastiques et visuels, invitent le spectateur à des processus de réception spécifiques. Cet ouvrage propose d'interroger la relation que tisse le spectateur avec le spectacle au moyen de modèles de réception fondés sur des approches esthétiques, sémiologiques et sociologiques. Le spectateur y est abordé sous un angle individuel (personne singulière) et collectif (membre d'une communauté).Les points de vue théoriques, ponctués de nombreux schémas et photographies, sont illustrés par l'analyse de productions significatives, entre autres de Roméo Castellucci, Jan Fabre, Heiner Goebbels, Tadeusz Kantor, Jan...

Samuel Beckett & compagnie

Samuel Beckett & compagnie

Auteure: Sjef Houppermans

Nombre de pages: 158

Samuel Beckett & Compagnie est l'histoire d'une quête infinie à la recherche de l'autre. L'autre tel qu'il échoit dans les textes, surgit dans les figures théâtrales, se faufile parmi les ombres. Cette Compagnie sera mal vue et mal dite avant de s'évader « Cap au Pire ». La Compagnie, c'est aussi Marcel Proust, Claude Simon, Robert Pinget, Christian Oster, Gilles Deleuze.

Lectures blanchotiennes de Malraux et Camus

Lectures blanchotiennes de Malraux et Camus

Auteure: Emmanuelle Anne Vanborre

Nombre de pages: 194

Dans cet ouvrage, l'auteur entreprend de relire, avec une perspective blanchotienne, André Malraux et Albert Camus, souvent considérés comme des écrivains existentialistes. L'auteur utilise les analyses de Blanchot pour étudier les notions d'absence et de mort qui sont centrales au langage et à la littérature. Les problématiques du témoignage et du rapport à l'autre sont également examinées, ainsi que les liens entre la littérature et l'Histoire. L'auteur fait ainsi ressortir certains aspects des écrits de Malraux et Camus qui ont été laissés dans l'ombre par certains critiques et qui abordent des idées essentielles sur la littérature, l'écriture et la mort.

L'affaire Artaud

L'affaire Artaud

Auteure: Florence De Mèredieu

Nombre de pages: 694

L'Affaire Artaud met en scène un poète maudit (Antonin Artaud), des manuscrits et dessins, une grande prêtresse (Paule Thévenin), une maison d'édition réputée (Gallimard), une famille (les Artaud-Malausséna), quantité de medecine men (Gaston Ferdière, Jacques Lacan, etc.), des intellectuels de renom (Jean Paulhan, François Mauriac, André Malraux, Jacques Derrida, Philippe Sollers, etc.), de grandes institutions (la Bibliothèque nationale de France, le Centre Georges-Pompidou, etc.), des avocats devenus de puissants hommes politiques (tel Roland Dumas). Miroir de la vie intellectuelle des années 1948-2008, L'Affaire Artaud est aussi un feuilleton médiatique, les journaux (Combat, Le Monde, Libération, Le Nouvel Observateur, La Quinzaine littéraire, etc.) ayant assuré une sulfureuse carrière posthume au poète, mort à Ivry en 1948. L'histoire comporte des clans, des tribus, des gourous, des reliques, des magiciens et des illusionnistes. Entrée il y a vingt-cinq ans au cœur de l'Affaire, Florence de Mèredieu a participé à ses multiples rebondissements. Ce Journal ethnographique relate les événements, recense les documents et donne à voir ce que furent - en ...

Michaux l'insaisissable

Michaux l'insaisissable

Auteure: David Vrydaghs

Nombre de pages: 204

Secret, beyond classification, elusive: these judgements are frequently penned by commentators of the poet and essayist of Belgian origin, Henri Michaux, to the point that his readers have been deprived of a better understanding of his work and historical impact.In order to get beyond this impasse, it is necessary to situate the author and his work in the literature of his time. One thus discovers a Michaux very different from that of legend: quick to talk about his era, attentive to the literature of his contemporaries and anxious to differentiate himself from them. Confronted by such a gap between a period and later critical comments on it, we have wanted to understand what made possible the emergence and imposition of this critical reception. The investigation has not confined itself to a discourse analysis applied to the poet, but has also taken into account Michaux's interventions. One thus sees how, from the Liberation onwards, and in a context of heightened politicization, Michaux worked to make himself elusive. Covering the first decades of Michaux's literary career, this study shows in what circumstances a poet who wanted to situate himself in the literature of his time...

Outils pour une traduction postcoloniale

Outils pour une traduction postcoloniale

Auteure: Myriam Suchet

Nombre de pages: 262

Comment peut-on écrire en plusieurs langues à la fois ? S'agit-il d'une forme de traduction ? Ou bien est-ce la traduction elle-même qu'il faut redéfinir sur ce modèle de mise en rapport des langues ? Comme un palimpseste, un texte écrit simultanément en différentes langues présente une superposition de strates. Son archéologie exige l'élaboration d'une boîte à outils appropriée, distincte aussi bien de celle du stylisticien obnubilé par l'écart que de celle du linguiste focalisé sur le système. Cet ouvrage s'efforce d'outiller la réflexion sur les stratégies discursives des littératures hétérolingues et de leurs traductions. Le " tournant postcolonial " qui marque les sciences humaines invite à questionner des notions aussi bien établies que celles de langue maternelle, d'appropriation linguistique, d'équivalence et de fidélité. L'analyse de détail porte sur quatre oeuvres : Die Niemandsrose de Paul Celan, juan sin Tierra de Juan Goytisolo, Traduit de la Nuit de Jean-Joseph Rabearivelo et .S'oaboy de Ken Saro-Wiwa ainsi que sur leurs versions françaises, anglaises, espagnoles et allemandes.

Asie du sol, Asie de l'autre

Asie du sol, Asie de l'autre

Auteure: Janusz Przychodzen

Nombre de pages: 155

En explorant la représentation de l'Asie dans le contexte de la culture et de la littérature québécoises, cet ouvrage collectif met l'accent sur une différence identitaire en proie à des remaniements soudains. Si, d'un côté, l'Orient apparaît comme une énigme spirituelle et même une forme de jouissance inextinguible, de l'autre côté, l'altérité négative qu'on lui attribue côtoie les expressions à la fois aventureuses et stigmatisantes de l'ancien discours civilisateur. Or, l'Orient ne peut être la mise à jour d'un contentement, un récit de soi qui favorise un ressourcement factice. Au contraire des faux miroirs de l'exotisme, il pose constamment la question du dilemme séculaire entre le rejet et l'idéalisation de l'autre.

Martin Amis

Martin Amis

Auteure: Anne-laure Fortin-tournès

Nombre de pages: 136

Comment écrire à l'ère du doute généralisé quant à la possibilité pour le signe de commercer avec le monde ? Comment faire fi de la mélancolie au relativisme nihiliste entaché de médiocrité dans laquelle nous serions soit disant plongés ? Comment, en un mot, réintroduire de la valeur dans et par le littéraire, à l’heure post-humaniste des vérités incertaines et de l'ébranlement des fondements de nos certitudes ? Les romans de Martin Amis fournissent quelques éléments de réponse à ces questions, par la virulence de leur critique de l’affect mélancolique d'un certain discours ambiant dit postmoderne. Loin d’être victimes du pessimisme fin de siècle (« fin de XXe siècle, bien sûr »), ils forment une œuvre à part entière car l’énergie provocatrice de leur verbe est la marque d’une foi dans le pouvoir qu’ont les mots – dans leur violence même – à prendre langue avec le monde, à investir les sphères éthiques et politiques pour faire du roman un lieu de débat concernant la modernité. London Fields (1989) porte ce débat sur le devant de la scène : l’ironie qui y préside n’épargne aucune des complaisances affectant le versant ...

L'intraduisible dont je suis fait

"L'intraduisible dont je suis fait"

Auteure: Anne Tomiche

Nombre de pages: 410

Entre 1943 et 1944, alors qu'il est interné à Rodez, Antonin Artaud traduit Lewis Carroll et Edgar Poe. C'est à l'occasion de ces traductions qu'il se remet véritablement à écrire et reprend le fil d'un mouvement largement interrompu depuis 1937. La confrontation à la langue et au texte étrangers permet à Artaud d'élaborer une poétique de la voix, du rythme et de la scansion qui prend de plus en plus d'ampleur à la sortie de Rodez. L'étude des traductions de Rodez sert ici de point de départ pour éclairer toute la production - textuelle et graphique - de l'après-Rodez, des glossolalies aux dessins écrits, et pour penser la relation d'Artaud aux avant-gardes occidentales et la spécificité de sa pratique poétique au regard de celle d'autres poètes qui, des futuristes (Khlebnikov ou Marinetti) à certains dadaïstes (Ball, Tzara, Hausmann), ont également cherché, dans la première moitié du vingtième siècle, à renouveler la langue poétique.

Forme et origine de l'Univers

Forme et origine de l'Univers

Auteure: Daniel Parrochia , Aurélien Barrau

Nombre de pages: 416

L'univers est un objet d'étude très singulier. Les révolutions du XXe siècle, mécanique quantique et relativité générale, ont permis de penser et de décrire de façon cohérente l'univers depuis ses premiers instants jusqu'à la dynamique contemporraine. Cosmologistes et épistémologues se sont associés pour enquêter sur les grandes questions posées par la cosmologie et sur ses méthodes.

Derniers livres et auteurs recherchés